L' Art Campanaire

page 2

Les différents types de sonneries

     

 

 

 

Suite page 3

 

 

Retour page 1

 

  e Savez vous qu'il existe au moins 7 façons de sonner une cloche? En général nous en voyons principalement 2 :

  1. la Volée, qui consiste à faire balancer la cloche pour que le battant intérieur vienne frapper la cloche,

  2. le Tintement, qui, la cloche immobile, utilise un battant soit extérieur, soit le battant intérieur pour frapper la cloche

Ces 2 façons de sonner sont les 2 grandes familles. D'elles se déclinent plusieurs types de sonneries, qui sont utilisées en fonction des régions, des pays, des traditions locales.

 

Ainsi, par exemple, en France, les 2 principales sonneries sont le tintement extérieur et la volée en Lancé Franc, comme vous pouvez le voir dans cette vidéo enregistrée à l'église de Buxy.

 

Le principe de la volée en Lancé-franc est que la cloche, accrochée à un joug droit, soit balancée avec un axe se situant au niveau de la couronne et que le battant intérieur vienne frapper la cloche à l'endroit le plus haut, comme le montre le schéma ci-dessous. Cette sonnerie est appelée Lancé-Franc car il n'y a ni contrepoids sur le joug, ni sur le battant, rien qui puisse retenir ces 2 éléments, à l'inverse de la volée en rétro.

Schéma de la volée en Lancé-Franc:

 

 La deuxième grande famille de sonneries présente dans notre région est donc le tintement. On utilise un battant extérieur à la cloche (parfois intérieur comme le montre la photo ci-dessous). Ce procédé peut être électrique (électromécanique ou électromagnétique), ce qui est le cas de la plupart des tintements dans notre région(notamment pour la sonnerie des heures et demis heures). Il peut aussi être manuel, c'est le cas par exemple du carillon de l'église Saint Henri au Creusot (24 cloches), seul carillon du diocèse.

 Le carillon de l'église St Henri au Creusot

La cloche n°4 de l'église Notre Dame de l'Assomption à Montcenis ne sonne qu'en mode tintement. (ici électrique)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cloche :  La cloche est donc cet instrument de musique en métal qui permet, au moyen d'un choc, de dégager une note. La cloche existe dans l'histoire depuis des millénaires, mais ce n'est qu'au IV° siècle que leur usage se généralise d'abord dans les monastères puis dans les églises paroissiales.. Savez vous que quand vous entendez sonner une cloche, ce n'est pas un seul son que vous entendez, mais c'est tout un bouquet de notes qui jaillit de la cloche? On peut distinguer 5 sons qui forment l'accord parfait (quand la cloche est bien faite évidement) : Le houm, qui est à l'octave en dessous de la fondamentale (on l'appel houm à cause du bourdonnement qu'elle produit), la fondamentale qui est la note principale, la tierce au dessus de la fondamentale, la quinte au dessus de la fondamentale et l'octave supérieure de la fondamentale. La cloche est le plus souvent coulée en bronze qui est un alliage de 22% d'étain et 78% de cuivre. Ces proportions peuvent varier légèrement selon le fondeur (on peut dire que chaque fondeur a son secret de fabrication, dont les proportions de l'alliage font partie.). Il peut exister aussi des cloches en acier. Dans ce cas, le son sortit est légèrement différent. C'est le cas des 3 cloches de l'église St Laurent au Creusot. Un des inconvénients est que ces cloches rouillent facilement et se piquent à tel point que des petits trous peuvent apparaître (ce qui n'est pas le cas pour les cloches de St Laurent). Voici deux exemples de cloche : à gauche une cloche en bronze (celle de l'église Notre Dame de l'Assomption à Cersot), et à droite une cloche en acier (la troisième cloche de l'église St Laurent au Creusot):

                                                    

Le joug : Le joug (appelé aussi mouton) est la pièce de bois (ou de métal) à laquelle est fixée la cloche. Le joug peu être droit (le plus courant dans notre région), mais il peut être aussi cintré. Dans ce cas il est métallique. Ce procédé est utilisé quand on ne veut pas que la volée fournisse trop d'effort sur la charpente. Ce type de sonnerie est différent du lancé-franc.

La couronne : Au dessus de la plupart des cloches, cette pièce en forme de couronne et coulée dans la même pièce que la cloche (la couronne est un élément de la cloche. Elle est coulée en même temps. La couronne n'est en aucun cas soudée à la cloche sinon il y aurait risque grave de se dessouder...) Les ferrures de fixation qui embrassent le joug, viennent s'encastrer dans la couronne par les anses, pour tenir la cloche. La couronne peut être richement décorée comme vous pouvez le voir sur la grosse cloche Eugénie-Hélène à Montcenis :

   retour Lancé-Franc

 

Le battant : Il s'agit de la pièce de métal (soit en acier soit en fonte mais pas en bronze) forgé ou matricé, qui est attaché à l'intérieur de la cloche par un baudrier, à la bélière qui est prise dans le cerveau de la cloche. Il existe plusieurs types de battants. Il sont en générale tous de forme sphérique et présentent une boule appelée 'boule de frappe' qui servira à frapper la cloche au bon endroit pour émettre la note juste. Il est important que le battant frappe toujours au bon endroit car sinon le son ne sera pas beau. Faites l'essai, à l'occasion, de frapper la cloche à différents endroits de la robe et vous constaterez que le son est différent, mais il n'y a qu'en frappant sur la pince (partie la plus épaisse) que la note est juste. Sous la boule de frappe se prolonge le battant par la partie que l'on appelle la chasse, qui permet de donner l'élan nécessaire au battant pour frapper la cloche avec la bonne force. Voici un battant, celui de Germaine, la grande cloche de l'église St Germain à Buxy :

 

 

Suite page 3       Retour page 1

 

 

PRTL71-pastourisme71.com-

Réalisation, Webmaster : Christophe Lagrange : chris.lagrange71@hotmail.fr

Pour toute réclamation, signalement d'un problème sur le site, écrivez à l'adresse ci-dessus ou à : contact@pastourisme71.com