L' Art Campanaire

page 3

Les différents types de sonneries, suite

          

 

 

Albums photos page 4

 

Retour page 2  

 

Retour page 1

Les autres types de sonneries viennent surtout de la volée. Il existe le lancé-franc comme nous l'avons vu, mais aussi un autre type que nous voyons dans notre région, c'est le Rétro-lancé. Cette volée nécessite non plus un joug droit (le plus souvent en bois), mais un joug cintré (qui est nécessairement en acier). Ce procédé de joug cintré permet la volée d'un cloche en limitant les efforts de la cloche en mouvements sur le beffroi.

    En lancé-franc avec joug droit, l'axe de basculement de la cloche se situait à la couronne, ce qui exerçait sur le beffroi, une force proportionnelle à tout le poids de la cloche. En joug cintré, l'axe de basculement se situe à environ 2/3 de la hauteur de la cloche. De ce fait, il y a un certain contrepoids au dessus de l'axe de basculement. Ce contrepoids est naturel, c'est à dire qu'il n'ajoute rien au poids de la cloche (puisque c'est une partie de la cloche (le principe du contrepoids aurait pu suggérer que l'on rajoute un poids dans le joug, ce qui n'est pas le cas)). La force produite dans le beffroi lors de la volée est donc atténuée.

    En revanche, il y a un contrepoids dans le battant. L'axe de basculement de la cloche étant plus bas que la couronne, l'axe de basculement du battant change et se trouve lui aussi plus bas (on a à faire à des battants plus courts mais qui frappent la cloche toujours au même endroit que les autres). Le rétro-lancé veut que même si le battant est plus court qu'en lancé franc et que la cloche bascule moins vite qu'en lancé franc, le battant vienne quand même frapper la cloche a sa partie la plus haute, comme au lancé franc, ce qui nécessite un contrepoids au dessus de l'axe de basculement du battant comme le montrent les schémas ci-dessous.

Le principe du rétro-lancé

La cloche n°2 de l'église de Branges est en rétro-lancé

avec joug cintré et contrepoids dans le battant.

 

     Du rétro-lancé découlent plusieurs autres sonneries avec ou sans contrepoids dans le battant. Quand il n'y a pas de contrepoids dans le battant, selon le principe de la volée en rétro, le battant frappe la cloche non plus dans sa partie haute, mais dans sa partie basse comme le montre ce schéma  et la sonnerie de l'Angelus à l'église de Charrecey, Il s'agit du Rétro-grade:

  

     Certaine variantes de cette volée suggèrent un contrepoids plus ou moins lourd dans le joug.

 

     Cela nous amène directement à un type de sonnerie que nous ne retrouvons pas dans notre région, mais qui est présent dans le sud de la France, en Espagne et dans les pays hispaniques. Il s'agit de la Volée Tournante. Dans ce cas la cloche est fixée directement dans la maçonnerie du clocher (il se peut qu'elle soit fixée dans le beffroi). La cloche est équipée d'un joug (en bois ou en acier) pesant au moins la moitié du poids de la cloche. La volée consiste à faire tourner la cloche. Le son produit est puissant et rythmé.

 

Voici un exemple de volée tournante à la cathédrale de Madrid 

 

     La volée tournante nous amène à une autre volée que l'on trouve essentiellement en Italie, qui se nomme le "piqué". Il s'agit dans un premier temps d'amener la cloche à exécuter une rotation d'1/2 tour pour la maintenir de façon à ce qu'elle soit tournée vers le haut. Ensuite, on lâche la cloche puis on la ramène à la position vers le haut. Dans ce cas, il y a un contrepoids (souvent en acier) dans le joug. Ce procédé est surtout utilisé quand il y a un ensemble de cloches accordées pour composer plusieurs mélodies. C'est par exemple le cas à l'église St François de Bergame en Italie :

 

      Ce type de volée nous amène enfin à une sonnerie que l'on retrouve en Angleterre, dans les pays britanniques et de langue anglaise (Etats Unis, Canada...). Il s'agit du "Change Ringing" qui apparaît en Angleterre vers la fin du 16° siècle. Il s'agit vraiment d'une technique musicale car la mélodie répond à des normes précises. Les sonneries peuvent durer des heures. Elles sont généralement manuelles. Le principe est simple. Une cale mobile se déplace sur une glissière sous la cloche pour éviter que la cloche ne fasse une rotation complète (c'est un montant en bois, fixé sur le joug qui vient buter contre cette cale). Il suffit de tirer sur la corde pour balancer la cloche jusqu'à ce que le montant vienne buter contre la cale qui stop la cloche (qui est alors tournée vers le haut). Il suffit alors de tirer à nouveau sur la corde pour ramener la cloche dans la position inverse (à nouveau tournée vers le haut, mais dans l'autre sens). Voici un exemple en images...

Le principe de cette sonnerie sur les cloches de la cathédrale de Liverpool, Royaume-Uni

(baisser le son de votre ordinateur pour cette vidéo)

 

 La sonnerie est le plus souvent manuelle. Les cloches sont sonnées dans un ordre très précis sous la direction d'un chef. On peut l'entendre dans cette vidéo. Il change régulièrement l'ordre de sonnerie. Enregistrée à Bristol, Royaume-Uni

 

 

 

 

Beffroi, charpente, clocher, flèche, quels sont les bons mots, comment s'y retrouver? :  On a trop souvent tendance à penser que le beffroi désigne simplement les tours 'civiles' qui renferment souvent un carillon, mais il n'en est rien. Le terme beffroi s'applique à toute charpente en bois conçue pour isoler les murs de pierre des cloches. Il est constitué d’un entrelacement de croix en chêne et repose sur un rebord en pierre dépassant des murs intérieurs du clocher. Lorsque les cloches sonnent, le bois, qui est plus souple que la pierre, absorbe les forces dues au basculement des cloches. Si les cloches étaient reliées directement à la pierre, leurs vibrations dangereuses affaibliraient les murs qui finiraient par s’écrouler. Le terme beffroi désigne donc la partie en bois qui supporte les cloches. Le terme charpente désigne quand à lui, la partie qui supporte et compose la flèche du clocher. La flèche est donc le toit du clocher le plus souvent en forme de triangle pointé vers le ciel. Il couronne le clocher et plus largement le bâtiment de l'église en indiquant le ciel (en évocation du Paradis )comme le but ultime de la vie de l'homme (d'où le nom de flèche qui indique..). Le terme clocher quand à lui désigne la construction en pierre (ou en d'autre matériaux) qui contient les cloches, via le beffroi. Le clocher peut avoir différentes formes (carré, rectangulaire, octogonal, rond...), il peut se situer au dessus du chœur, à la croisée du transept, sur l'un ou l'autre des côtés de l'église, en façade, ou à côté de l'église. Dans le cas d'un clocher à côté de l'église, la tour portera le nom de campanile. Il peut aussi se trouver que le clocher ne soit en fait qu'un mur pignon (souvent en façade mais pas exclusivement) qui offre une ouverture pour chaque cloche. Dans ce cas, il n'y a pas de beffroi, la cloche est directement fixée dans le mur. C'est le cas par exemple de l'église du Sacré Cœur à Charnay les Mâcon :

 

 

Albums photos page 4     Retour page 2         Retour page 1

 

PRTL71-pastourisme71.com-

Réalisation, Webmaster : Christophe Lagrange : chris.lagrange71@hotmail.fr

Pour toute réclamation, signalement d'un problème sur le site, écrivez à l'adresse ci-dessus ou à : contact@pastourisme71.com